Un leadership équilibré

Bien trop souvent, la politique est un lieu de division et non de coopération, ce qui entrave notre capacité à faire face à de multiples crises simultanées et ne permet pas d'empêcher certaines crises de se produire en premier lieu. Le Canada a tellement de possibilités et la façon dont nous allons de l'avant est importante. En tant que Verts, nous parlons de faire de la politique différemment, mais trop souvent nous ne mettons pas en pratique ce que nous prêchons.

En mars dernier, lae Drx Amita Kuttner s'est lancée dans un voyage pour construire un mouvement qui remet en question le statu quo, pour abattre les barrières de la colonisation et de l'oppression systémique, et pour mettre le Canada sur la voie d'une société juste et résiliente. Iel a bâti une équipe qui ressemble vraiment au potentiel du Parti Vert : devenir un lieu de véritable appartenance, une force pour la justice, une voix puissante pour la sagesse écologique, et un parti prêt à gouverner.

Bien que cette plate-forme soit vaste, elle n'inclut certainement pas tout ce que nous voulons accomplir. Tout comme Vision Verte, il s'agit d'un document vivant conçu pour réunir les Verts d'aujourd'hui et ceux de demain afin de discuter d'une vision pour une société juste, crédible et résistante. Nous espérons que ce document rassemblera les Verts pour commencer à développer ces idées, et leurs propres idées, en politiques approuvées par les membres, pour communiquer ces politiques d'une manière accessible à tous, et pour un jour mettre en œuvre ces politiques en tant que premier gouvernement vert du Canada.

Nous sommes très enthousiastes à l'idée de mettre en avant cette vision collective, de faire progresser la justice, de traduire les preuves en politiques et d'apporter une expérience vécue à la gouvernance. En nous appuyant sur la base de notre Parti et sur les connaissances approfondies de nos membres, nous avons suivi un processus de collaboration dirigé et enraciné dans nos valeurs et notre vision en tant que Verts, et soutenu par la recherche de preuves de grande envergure. Le résultat est une plateforme progressiste soutenue par la science et un processus d'élaboration de politiques inclusive et crédible.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce document et d'examiner les propositions que nous avons élaborées. Le temps est compté et les problèmes auxquels nous sommes confrontés seront difficiles à surmonter, mais la démocratie exige que nous fassions tous le travail. Avec cette plateforme, lae Drx Amita Kuttner invite tout le monde à aider à construire ce mouvement et à commencer le travail de construction d'un avenir vraiment juste, équitable et durable pour tous.

Chaleureusement,

L'équipe politique de leadership équilibré

Nous sommes ravis de partager avec vous notre plateforme de suggestions politiques développées par les membres des Verts, et des conseillers de tout le pays. Ensemble, nous avons créé une philosophie politique, une plateforme préliminaire et une plateforme accessible élargie qui, combinées, font notre plateforme complète. 

La philosophie politique est notre processus

La plateforme préliminaire est notre vision

La plateforme de leadership équilibré est notre plan.

Cliquez ici pour voir la platforme en PDF.

Leadership

Justice

Économie

Résiliente

Décoloniser

Santé

Technologie

Régénérer

Réforme

Sociales

Travail

Internationale

S'engager pour la décolonisation

Le Canada est un État colonial formé à partir du génocide culturel et littéral (homicide intentionnel) des peuples autochtones, un génocide qui se poursuit aujourd'hui :

  • Recours à la violence et à la force par la GRC contre les protecteurs des terres et des eaux.
  • Le manque d'accès à l'eau potable dans les réserves et autres communautés autochtones.
  • Un grand nombre de cas non-enquêtés de personnes autochtones disparues et assassinées.
  • Une surreprésentation des peuples autochtones dans les prisons.
  • De grandes difficultés quant à l’accès à des soins de santé adéquats.
  • Des problèmes majeurs dans la satisfaction des besoins de base (par exemple : habitation, eau potable, électricité, etc.).
  • La réalisation de projets énergétiques destructeurs sans consultation appropriée des Premières Nations.

Nous sommes déterminé-e-s à mettre fin au génocide continu des peuples autochtones et à oeuvrer avec ces nations pour réaliser la décolonisation.

« Les États doivent accorder réparation par le biais de mécanismes efficaces — qui peuvent comprendre la restitution — mis au point en concertation avec les peuples autochtones, en ce qui concerne les biens culturels, intellectuels, religieux et spirituels qui leur ont été pris sans leur consentement préalable, donné librement et en connaissance de cause, ou en violation de leurs lois, traditions et coutumes. »

- Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones (2007)

  • Travailler avec les Premières Nations pour rétablir leur autonomie, selon leurs conditions.
  • Oeuvrer afin d’atteindre un éventuel arrangement constitutionnel plurinational afin d'inclure les Premières Nations, les Métis et les Inuits autochtones de notre pays.
  • Officialiser une représentation plus forte des Premières Nations, des Métis et des Inuits dans notre système politique.
  • Honorer les traités existants et reconnaître le rôle vital des peuples autochtones en tant que gardiens des territoires non-cédés (terre autochtone qui n'a jamais été formellement cédé à une autorité coloniale ou au gouvernement).
  • Reconnaître l'héritage colonial du Canada en mettant fin aux liens avec la monarchie britannique.
  • Veiller à ce que les responsabilités financières et sociales du Canada soient assumées de manière honorable, respectueuse et consultative.
  • Adopter toutes les revendications territoriales négociées et insuffisamment financées
  • Veiller à ce que les titres et les droits des autochtones soient respectés par des accords de traité et que les négociations soient ancrées dans une véritable réconciliation et une lutte contre l'oppression et la colonisation.
  • Rendre l’intendance et la souveraineté de toutes les terres fédérales aux nations autochtones du pays
  • Donner la priorité aux connaissances écologiques traditionnelles et aux méthodes de subsistance autochtones.
  • Protéger les droits de chasse, de pêche, de piégeage et d'exploitation forestière sur les terres traditionnelles.
  • Garantir et protéger le droit des communautés autochtones à mettre en place des services à l’enfance et à la famille.
  • Assurer un financement adéquat et fournir des ressources suffisantes pour respecter les liens de parenté et maintenir les familles ensembles.
  • Investir dans les infrastructures hydrauliques essentielles telles que les stations d'épuration des eaux usées, la collecte des eaux de pluie et les systèmes d'assainissement, afin de garantir un accès sûr et universel à l'eau potable pour toutes les nations et communautés autochtones.
  • Soutenir les services de santé traditionnels et culturellement adaptés ainsi que le rôle joué par les ancien-ne-s, les communautés et les familles.
  • Poursuivre les investissements dans le en soutenant l'éducation et la formation des étudiant-e-s autochtones de niveau postsecondaire qui souhaitent devenir des professionnels de la santé.
  • Investir davantage dans le personnel et la technologie pour améliorer les services de soins maternels et infantiles, de santé mentale et de traitement du diabète et de la tuberculose.
  • Réintroduire le Plan directeur pour la santé des autochtones : Un plan de transformation sur 10 ans (abandonné en 2006) et le revoir avec les nations autochtones.
  • Accroître l'accessibilité et le financement des centres de santé pour les communautés autochtones isolées et dans le nord.
  • Travailler avec les communautés autochtones pour développer une politique de logement sûre, abordable et adaptée à leurs réalités.
  • Canaliser les ressources et les financements pour rendre les logements durables et adaptés aux besoins spécifiques des communautés.
  • Garantir un accès équitable aux services sociaux et aux services de santé pour les personnes 2SLGBTQIA+ autochtones.
  • Travailler avec les nations autochtones pour fournir des services éducatifs, culturels et linguistiques pertinents et adaptés, grâce à un financement intergouvernemental des programmes locaux.
  • Donner la priorité à la préservation et à la revitalisation des langues et des cultures autochtones.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour sauvegarder et développer des programmes éducatifs autochtones spécifiques à la langue et à la culture dans l’ensemble du pays.
  • Examiner et traiter les obstacles systémiques qui limitent l'accès des autochtones aux établissements d'enseignement supérieur.
  • Accroître l'investissement dans les programmes locaux qui soutiennent la nutrition recommandée par les nations autochtones, les pratiques sanitaires traditionnelles et la gestion écologique.
  • Fournir une compensation à chaque enfant retiré de son foyer dans les réserves en appliquant la décision du Tribunal canadien des droits de la personne.

Donner des commentaires

Adopter une réforme politique audacieuse

En 2020, seul-e-s 50 % des Canadien-ne-s affirment avoir confiance dans les institutions politiques de leur pays. Nombreux-euses sont celles et ceux qui se sentent exclus-es de la prise de décision sur les questions d'intérêt public. En particulier les communautés marginalisées qui se sentent à la fois sous-représentées et touchées de manière disproportionnée. Nous devons réformer nos institutions électorales et politiques, créer de nouveaux moyens de faire participer les gens et donner plus de pouvoir aux décideurs locaux.

  • Mettre en œuvre un système de représentation proportionnelle et organiser un référendum sur le nouveau système après deux cycles électoraux ou huit ans (selon la période la plus longue). [Voir la plateforme préliminaire pour les détails]
    • Déterminer le système de représentation proportionnelle le plus approprié pour le Canada, en collaborant avec d'autres partis et par un engagement civique à grande échelle (y compris des assemblées de citoyens).
    • S'engager à mettre en œuvre la représentation proportionnelle dès que possible. 
    • Mettre en place un comité indépendant pour normaliser la participation et la fréquence des débats préélectoraux dans le cadre du nouveau système.
  • Normaliser les dates des élections sous les gouvernements majoritaires afin de promouvoir la stabilité politique et des élections équitables.
  • Abaisser l'âge du droit de vote à 16 ans pour les élections fédérales.
  • Faire du jour des élections un jour férié national.
  • Enregistrer automatiquement les électeur-trice-s lorsqu'ils-elles deviennent éligibles.
  • Réduire les obstacles au vote :
    • Assouplir les règles d'enregistrement.
    • Améliorer l'accès aux centres de vote.
    • Ajouter des heures de vote avancées.
    • Vote par correspondance pour les personnes âgées, les patient-e-s hospitalisé-e-s (ou dans des situations similaires) et les personnes handicapées.
  • Utiliser davantage de référendums publics populaires dans le cadre de la prise de décision civique et œuvrer à la création d'un processus structuré et solidement encadré afin d’empêcher les activités non-démocratiques. 
  • Financer des assemblées publiques, des conférences virtuelles, des débats et d'autres forums variés afin de permettre la communication entre les député-e-s et leurs électeur-trice-s un minimum de deux fois par an.Instaurer des mesures pour remédier au manque de participation et au manque de représentation au sein du système électoral.
  • Poussez pour la réforme du Sénat :
    • Instaurer un processus d’élections directes des sénateur-trice-s.
    • Mettre en place des limites de mandats.
    • Garantir une représentation équitable des provinces et territoires.

Si ces réformes ne sont pas réalisées, abolir le Sénat.

  • Modifier la Constitution du Canada pour donner aux collectivités locales leur propre pouvoir constitutionnel.
  • Accroître la consultation des gouvernements locaux concernant le processus décisionnel fédéral.
  • Accroître la collaboration dans le développement d'outils pour la prise de décision au niveau local.
  • Garantir aux député-e-s une plus grande indépendance pour suivrent les opinions de leurs électeur-trice-s.
  • Allouer davantage de ressources aux député-e-s et aux commissions parlementaires afin de garantir une analyse fondée sur des preuves en écoutant les expert-e-s et les parties prenantes lors de l'élaboration des politiques.
  • Créer davantage d'opportunités pour les député-e-s de présenter des projets de loi émanant des député-e-s
  • Augmenter le temps alloué aux questions de la chambre de 45 à 90 secondes.
  • Maintenir et renforcer la contribution des civils dans le processus de détermination des circonscriptions afin qu’elles soient plus représentatives de la volonté populaire.
  • Examiner la limite des mandats au sein du système parlementaire canadien.
  • Remplacer les dons politiques par un modèle de financement public et équitable pour les partis et les indépendant-e-s.
  • Interdire les dons des Super PAC, des sociétés privées et des autres entités privées aux campagnes politiques.
  • Interdire clairement aux Super PAC, aux sociétés privées et autres entités privées de faire de la publicité pour des campagnes politiques ou contre des campagnes politiques.
  • Limiter tous les dons politiques individuels annuels à 1 000 $.
  • Séparer les rôles du Ministre de la justice et du-de la Procureur-e général-e afin d’empêcher l'ingérence dans les affaires judiciaires.
  • Tenir les représentant-e-s politiques et les organismes de réglementation à l'écart de l'industrie et des groupes d'intérêts spéciaux en enregistrant et en rendant public l’ensemble des réunions entre les lobbyistes, les politicien-ne-s et les fonctionnaires du gouvernement.
  • Veiller à ce que toutes les embauches et les promotions au sein du gouvernement et à l'intérieur de celui-ci soient vérifiées et impartiales.

Cliquez ici pour ouvrir

  • Simplifier la Loi sur l'accès à l'information pour donner un plus grand accès aux citoyen-ne-s et assurer plus de responsabilité et de transparence au sein du gouvernement.
  • Créer des protections pour les lanceur-euse-s d’alerte dans les secteurs public et privé.
  • Rendre la formation à l'éthique obligatoire pour les député-e-s et les autres employé-e-s du gouvernement, en combinaison avec des règles et des règlements applicables en matière d'éthique.
  • Créer une Commission d'éthique indépendante qui rendrait des comptes au Parlement et serait indépendante dans ses enquêtes sur les fonctionnaires et les lobbyistes.

Cliquez ici pour ouvrir

  • Réduire le pouvoir du bureau du Premier ministre par des réductions budgétaires et une redistribution du pouvoir décisionnel en renforçant le rôle du Parlement.
  • Défendre le statut unique du Québec en tant que nation au sein d'une nation et défendre l'autonomie du Québec en matière d'approbation des projets
  • Travailler avec l'Assemblée nationale du Québec pour mieux faciliter une relation de nation à nation sur toutes les questions multi-juridictionnelles
  • Donner au Québec une plus grande liberté culturelle en transférant directement à la province les fonds du gouvernement fédéral qui seraient utilisés pour le Québec
  • Soutenir le plan exigeant un rapport fiscal provincial unique
  • Collaborer avec le gouvernement provincial afin de faire du fleuve Saint-Laurent une personne juridique avec des droits
  • Soutenir le processus visant à faire de l'île d'Anticosti un site du patrimoine mondial de l'UNESCO
  • Faciliter l'exportation de l'hydroélectricité québécoise vers le reste du pays pour favoriser notre transition énergétique
  • Moderniser la Loi sur les langues officielles pour refléter et soutenir la diversité linguistique complète du pays
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux afin d’ajouter des programmes d'enseignement des langues autochtones dans les écoles primaires, secondaires et postsecondaires.
  • Modifier l'article 23 de la Charte des droits et libertés afin de soutenir le développement professionnel des Canadien-ne-s francophones en travaillant avec les gouvernements provinciaux pour garantir la présence d'au moins un établissement d'enseignement postsecondaire de langue française accrédité (niveau universitaire et collégial) dans chaque province.
  • Fournir une aide fédérale plus importante aux services de traduction afin de réduire les barrières linguistiques à l'obtention de services essentiels.

Donner des commentaires

Réimaginer notre système de justice

La justice a sa place dans tout ce que nous faisons et nous devons donner la priorité à l'égalité de traitement pour tous-tes et pour nos écosystèmes. La justice doit donc occuper une place centrale dans toutes nos activités afin de garantir que notre pays soit un lieu de liberté, d'équité et libre de toute forme de discrimination. Nous poursuivrons la lutte pour mettre fin aux inégalités dont souffrent tant de personnes en réimaginant nos lois dépassées et en restructurant notre système de justice pénale. En fin de compte, la compassion doit guider la réimagination de notre système de justice.

  • Exiger que tous les membres des forces de l'ordre suivent une formation anti-oppression et antiraciste.
  • Demander au Ministère de la justice de lancer une étude indépendante et complète sur le traitement des populations noires, autochtones et de couleurs ainsi que des communautés 2SLGBTQIA+ au sein du système judiciaire.
  • Revoir les facteurs d'évaluation des risques afin de prévoir des normes équitables de santé et de sécurité.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour passer à un système d'amendes (financières et/ou de service communautaire) basé sur la capacité, financière ou autre, des bénéficiaires.
  • Établir l'obligation, pour l'ensemble des polices autochtones, municipales, provinciales et territoriales, de collecter des données raciales sur les personnes sur lesquelles les policier-ière-s ont fait usage de la force
  • Mandater des organismes de surveillance indépendants dirigés par des civils :
    • Publier des recommandations politiques basées sur des examens annuels des données collectées sur la base de la race.
    • Effectuer des évaluations de suivi pour tenir la police responsable de la mise en œuvre des politiques recommandées.
  • Veiller à ce que les organismes de contrôle indépendants dirigés par des civils respectent les normes d'équité.

Cliquez ici pour ouvrir

  • Mettre en œuvre un plan à long terme pour la suppression progressive du financement de la GRC et des services de police locaux en travaillant avec tous les gouvernements. Désigner toute réduction du financement de la police vers une variété de programmes publics et accessibles liés à :
    • Réduction de la pauvreté
    • Services récréatifs
    • Services éducatifs
    • Services de santé mentale
    • Services de transition de carrière
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour redéléguer les rôles et les responsabilités de la police à des organismes gouvernementaux spécialisés, des professionnel-le-s du secteur privé et des organisations à but non lucratif
  • Développer un programme national et obligatoire de rachat d'armes de qualité militaire géré par le Ministère de la défense nationale pour contraindre les services de police à une démilitarisation rapide.

Cliquez ici pour ouvrir

  • Mettre en place des restrictions à l'échelle nationale sur les équipements de police utilisés lors de rassemblements de masse non-armés :
    • Armes de qualité militaire (y compris les armes excédentaires des Forces armées canadiennes);
    • Hélicoptères;
    • Véhicules blindés de transport de troupes;
    • Matériel anti-émeute excessif;
    • Grenades aveuglantes;
    • Gaz lacrymogène et autres irritants chimiques.
  • Instaurer l'utilisation obligatoire de caméras corporelles pour tous les policier-ière-s en service et fournir des fonds pour créer une stratégie nationale de stockage des données afin de tenir des registres publics sur les fautes des forces policières.
  • Mettre en œuvre des standards quant à l'utilisation de la force meurtrière par les policier-ière-s et créer un processus d'enquête solide pour les tenir responsables des incidents impliquant la force meurtrière.
  • Mandater les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux à mettre en place des organismes de surveillance indépendants, dirigés par des civils, chargés d'enquêter sur tous les incidents graves d'inconduite de la police.

Cliquez ici pour ouvrir

  • Créer des normes pour l'établissement de rapports périodiques sur tous les résultats d'enquête, afin d'assurer une transparence totale des enquêtes menées par des organismes de contrôle indépendants dirigés par des civils.
  • Accorder aux organismes de surveillance indépendants dirigés par des civils le « pouvoir législatif ultime de porter des accusations pénales lorsque cela est justifié » en matière d'application de la loi et de faire des recommandations politiques aux organismes de maintien de l'ordre. Veiller à ce que des examens de suivi soient prévus pour tenir les services de police responsables.
  • Élaborer une stratégie nationale de décarcération avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux afin de réduire les taux d'incarcération actuels :
    • La transition des délinquant-e-s criminel-le-s hors des prisons grâce à des programmes de réinsertion et de réadaptation dans la communauté.
    • Utiliser un modèle de financement par détenu-e pour orienter le financement des prisons vers des programmes de réinsertion et de réintégration dans la communauté
  • Éliminer les peines minimales obligatoires.
  • Œuvrer à la mise en place de programmes de justice de récupération, orientés vers la réhabilitation des délinquant-e-s, en tant que réponse standard aux infractions pénales, avec des peines de prison limitées aux délinquant-e-s criminel-e-s violent-e-s au-delà de la réhabilitation.
  • Modifier la Loi sur la suppression des condamnations historiquement injustes pour y inclure les infractions passées liées à la prohibition des drogues et au travail du sexe.
  • Augmenter le financement de la Commission des libérations conditionnelles du Canada pour accélérer le processus :
    • a) De la suspension du casier judiciaire des délinquants réhabilités.
    • b) De la suppression des casiers judiciaires des « condamnations historiquement injustes » de toutes les bases de données fédérales.
  • Continuer à s'opposer aux prisons privées.
  • Effectuer un examen indépendant pour s'assurer que les personnes détenues dans les prisons canadiennes soient traitées conformément aux principes fondamentaux des Nations Unies pour le traitement des prisonniers. Cela comprend :
    • Fournir des services de santé mentale de qualité.
    • Activités culturelles pertinentes.
    • Opportunités d'emploi rémunéré.
  • Décriminaliser le travail sexuel en abrogeant la Loi sur la protection des communautés et des personnes exploitées et d'autres lois pénales qui interdisent les services sexuels entre adultes consentants.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour développer un marché juridique qui comprend :
    • Des pratiques privées;
    • Des coopératives de travail associé;
    • De solides protections pour les travailleur-euse-s du sexe;
    • Des normes équitables en matière de santé et de sécurité;
    • Des protections pour les transactions non réglementées du travail du sexe.
  • Clarifier la distinction juridique entre le travail sexuel et la traite des êtres humains.
  • Réorienter les fonds précédemment utilisés pour le contrôle du travail du sexe afin de faire respecter l'abolition de la traite des êtres humains.
  • Procéder à la décriminalisation des drogues en abrogeant la Loi sur les drogues et substances contrôlées et les autres lois sur l'interdiction des drogues
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour élargir l'accès aux services de réduction des risques et de réhabilitation, notamment :
    • Les sites de consommation surveillés
    • Les programmes offrant des alternatives pharmaceutiques
  • Veiller à ce que le soutien fédéral aux services de réduction des risques et de réhabilitation soit équitable et réponde aux besoins de chaque juridiction.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux afin de créer un marché légal pour les substances à faible risque (tel que déterminé par Santé Canada) qui établit des priorités :
    • Mesures de contrôle de la qualité
    • Producteur-trice-s et cultivateur-trice-s indépendant-e-s et à petite échelle
    • Information des consommateur-trice-s
  • Fournir des subventions de recherche pour étudier les applications médicales des substances psychédéliques.
  • Restructurer le système actuel de classification des armes à feu en fusionnant les armes à feu sans restriction et à autorisation restreinte en une seule classe simplifiée d'armes à feu légales, avec des règles fondées sur des preuves et élaborées avec les propriétaires d'armes à feu et les expert-e-s en sécurité publique.
  • Veiller à ce que les exigences en matière de licence et de formation obligatoire soient adaptées pour correspondre au nouveau système de classification.
  • Travailler avec les propriétaires d'armes à feu et les expert-e-s en sécurité publique pour développer et maintenir une classe d'armes à feu prohibées basée sur des preuves.
  • Veiller à ce que la détention illégale ou la contrebande d'armes à feu au sein de groupes criminels organisés entraîne l'interdiction à vie de la possession d'armes à feu.
  • Veiller à ce que les personnes ne soient pas frappées d'une interdiction à vie en cas de lacunes techniques dans le respect de la réglementation sur les armes à feu.
  • Reconnaître la chasse de subsistance, le tir sportif, la défense contre les prédateurs et la défense à domicile comme des motifs légaux raisonnables de possession d'armes à feu. Établir des directives strictes en matière de défense à domicile qui limitent l'usage de la force meurtrière à l'intérieur des habitations privées.
  • Compte tenu de la surveillance quotidienne actuelle des détenteur-trice-s de permis d'armes à feu par la GRC; s'opposer aux tentatives du gouvernement fédéral de mettre en place un système d'enregistrement obligatoire des armes à feu civiles.
  • Réformer les sections 101 à 105 de la loi sur les armes à feu pour réaffirmer le droit à la vie privée des propriétaires d'armes à feu.
  • Garantir le droit des personnes qui signalent des cas de violence domestique à rester dans leur résidence
    • Dans les cas où la personne maltraitée ne peut pas rester dans sa résidence, veiller à ce qu'un logement sûr soit fourni pour une durée illimitée
    • S’assurer que l'agresseur ne peut légalement retourner au domicile sans contrôle officiel
  • Modifier les lois pertinentes afin d'inclure les menaces de tiers provenant d'ami-e-s, de membres de la famille et de toute autre filiale connue de l'agresseur. Cela doit inclure les appels téléphoniques, les médias en ligne ou les visites en personne
  • S'assurer que des mesures sont en place pour fournir une protection immédiate si la personne maltraitée le demande
  • Dans les cas d'abus où la présence d'armes est signalée, permettre la confiscation immédiate par les forces de l'ordre
  • Veiller à ce que la dépendance financière n'empêche pas une personne de signaler un abus en s'assurant que tous les besoins en matière de logement, de nourriture, de scolarisation, de vêtements ou d'autres besoins matériels sont couverts par un fonds fédéral
  • Garantir le droit à des services juridiques, sociaux et de santé mentale gratuits pour les survivants d'abus

Donner des commentaires

Santé globale 

La santé est au premier plan de nos préoccupations, d'autant plus que la pandémie de la COVID-19 a mis en évidence les inégalités, le sous-financement et les lacunes profondes de notre système de santé. Nous reconnaissons que la santé doit être considérée de manière holistique et interconnecté, en incluant la santé mentale, la santé physique, la santé préventive et en veillant à ce que l'accès aux soins de santé soit équitable et facile.

Cliquez ici pour ouvrir

  • Travailler avec les gouvernements autochtones et municipaux pour subventionner des programmes de sport et d'activité physique abordables et accessibles au sein des communautés locales.
  • Élaborer une loi sur les droits des athlètes, en collaboration avec les organisations sportives nationales, afin d'assurer la protection de tous les participant-e-s aux sports, en mettant l'accent sur les personnes 2SLGBTQIA+, le BIPOC et les athlètes handicapés.

Cliquez ici pour ouvrir

  • Assurer l'accès à une alimentation saine en :
    • Fournir un financement fédéral pour développer les services de conseil en nutrition
    • Exiger que le pourcentage de la valeur journalière de la teneur en sucre soit indiqué sur les emballages alimentaires
    • Subventionner les produits frais de haute qualité et taxer les aliments hautement transformés et peu nutritifs
    • Fournir un financement fédéral pour les programmes d'éducation nutritionnelle dans les écoles et par le biais de centres communautaires et d'organisations à but non lucratif
  • Aider les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux à financer l'amélioration des infrastructures de transport actif et d'activité physique, ainsi que la qualité de l'habitat humain :
    • Trottoirs
    • Parcs
    • Sentiers
    • Espaces verts
    • Gyms
    • Installations récréatives
    • Infrastructure pour vélos
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour créer une stratégie nationale de santé mentale qui vise à
    • Veiller à ce que les services de santé mentale soient entièrement couverts par les budgets de santé
    • Accroître les initiatives de Santé Canada pour éliminer la stigmatisation
    • Accroître la disponibilité des subventions fédérales pour la recherche en santé mentale
    • Mandater une formation continue de sensibilisation culturelle pour tous les professionnels de la santé
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour améliorer l'accessibilité aux services de santé mentale pour les personnes handicapées, les 2SLGBTQIA+, les populations noires, autochtones et de couleurs, les nouveaux-elles arrivant-e-s et les autres groupes marginalisés.
  • Élaborer des stratégies globales visant à fournir un soutien et un traitement adéquats et appropriés en matière de santé mentale aux victimes d'agressions sexuelles.
  • Fournir un soutien et des services aux personnes souffrant de maladies mentales, liées à l'abus de substances et à la toxicomanie.
  • Collaborer avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour s'assurer que les professionnel-le-s de la santé mentale soient rémunéré-e-s selon une échelle similaire à celle des professionnel-le-s de la santé.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux afin d’élargir l'accès aux services de réadaptation, aux services de psychothérapie et aux services communautaires de santé mentale.
  • Exiger que les professionnel-le-s de la santé mentale soient formé-e-s sur la réalité du deuil climatique et l'anxiété écologique.
  • Veiller à ce que les interventions d'urgence en matière de santé mentale et les contrôles de bien-être soient effectués par des professionnel-le-s de la santé mentale qualifiés et non par la police.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour développer les services, les soutiens et les traitements en santé mentale dans les régions rurales et éloignées en encourageant les professionnel-le-s de la santé mentale à se déplacer.
  • Accroître la fourniture de services de santé mentale en ligne et par télécommunications pour les communautés rurales et éloignées, ainsi qu'une stratégie nationale de haut débit à prix abordable.
  • Élaborer une stratégie nationale de prévention du suicide fondée sur des données probantes et s'inspirant du Plan directeur pour une stratégie nationale de prévention du suicide au Canada, qui vise à lutter contre le suicide, en particulier au sein des communautés à risque.
  • Contribuer à l'élaboration de stratégies de prévention du suicide dirigées par les autochtones pour faire face aux taux de suicide plus élevés au sein des communautés autochtones en :
    • Mobilisant des ressources communautaires pour élaborer des plans d'intervention en cas de crise.
    • Soutenant le rôle des ancien-ne-s et des pairs autochtones dans les soins de santé mentale et physique
    • Augmentant les fonds destinés à traiter les questions relatives à la pauvreté, au bien-être des enfants et des familles, et à l'éducation pour réduire les facteurs de risque.
  • Obliger tous les professionnel-le-s de la santé et les travailleur-euse-s sociaux à recevoir une formation continue en matière de prévention du suicide.
  • Accroître la disponibilité des lignes de crise et des équipes de soutien d'urgence en augmentant le financement et en veillant à ce que ces services répondent également aux besoins des communautés rurales et isolées.
  • Travailler avec Santé Canada pour encourager les compétences en matière de prévention du suicide au niveau communautaire
  • Créer un programme national de formation pour les travailleurs de la santé avec :
    • Formation permanente à la lutte contre l'oppression et le racisme
    • Amélioration de l'accès aux outils et ressources pédagogiques
  • Un accès équitable à des traitements qui tiennent compte des expériences des personnes, de leur santé mentale, de leur apparence, de leur sexe, de leur orientation sexuelle, de leur race et de leur culture
  • Interdire les thérapies de conversions
  • Mettre fin à l'interdiction du don de sang fondée sur le genre et la sexualité
  • Élargir la disponibilité et établir une norme de soins pour les soins de santé spécifiques aux personnes trans.
  • Créer une base de données nationale de dossiers de santé électroniques, où les dossiers de santé sont accessibles pendant toute la vie de l'individu, quel que soit son lieu de résidence
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour créer des normes nationales de pratique pour les foyers de soins de longue durée qui comprennent :
    • Les transférer dans le domaine public;
    • Soutenir les initiatives de planification précoce pour maintenir les couples ensemble;
    • Veiller à ce que tous les soins se prolongent sans interruption jusqu'aux soins de fin de vie;
    • Prévenir la maltraitance des personnes âgées et veiller à ce que des charges appropriées soient appliquées à ceux qui maltraitent les personnes âgées;
  • Reconnaître le droit et permettre à tous-tes patient-e-s de prendre des décisions médicales sur les options de traitement et/ou le décès à tout moment lorsqu'il-elle est hospitalisé-e/soigné-e par un médecin.
  • Travailler avec les prestataires de soins de santé et les éducateur-trice-s pour développer des programmes de formation sur la reconnaissance et l'élimination de la grossophobie dans les soins de santé et l'éducation.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour soutenir les centres de soins de santé communautaires.
  • Créer une commission parlementaire qui se concentrera sur les besoins et les droits des personnes handicapées afin d'éclairer les décisions prises au niveau fédéral.
  • Reconnaître la crise des opiacés et des méthamphétamines comme des urgences nationales de santé publique, en donnant la priorité aux services de réduction des risques et de réhabilitation.
  • Structurer la réponse aux crises de dépendance autour de la compréhension du fait qu'elles origine de traumatismes sous-jacents et de problèmes de santé mentale.
  • Assurer le financement des gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour :
    • Des sites de consommation surveillés;
    • Des programmes offrant des alternatives pharmaceutiques;
    • Des programmes de réhabilitation pour les toxicomanes;
    • Des stratégies de gestion de la douleur non opiacées (pharmacothérapie et physiothérapie non-opiacées);
    • D’autres solutions alternatives en matière de santé.
  • Améliorer la notification des données de santé publique sur les surdoses d'opiacés
  • Veiller à ce que les directives nationales de traitement des troubles liés à l'utilisation d'opioïdes soient pleinement appliquées
  • Créer un programme universel d'assurance-médicaments afin de garantir que les résident-e-s de ce pays puissent obtenir les médicaments dont ils-elles ont besoin.
  • Créer un programme de soins dentaires universels pour garantir que tous-tes les habitant-e-s de ce pays aient accès à des soins dentaires gratuits, sûrs et de qualité.
  • Réformer les programmes actuels de l'assurance-maladie afin de garantir à tous-tes l'accès à des soins de santé culturellement adaptés, équitables, de qualité et accessibles.

Donner des commentaires

Des collectivités viables et des politiques sociales avec de la compassion

Pour promouvoir la santé, le bien-être, la durabilité et la stabilité économique de la société, nous devons améliorer la qualité de vie des communautés dans tout le pays. Cela signifie qu'il faut veiller à ce que les résident-e-s du Canada aient les moyens, non seulement de survivre, mais aussi de s'adapter, de se rétablir et de prospérer. En redynamisant les communautés locales et en renforçant les liens entre voisin-e-s, nous pouvons travailler collectivement à un meilleur avenir pour les générations présentes et à venir.

  • Ajouter un logement sûr et abordable comme droit dans la Charte canadienne des droits et libertés
  • Veiller à ce que le logement tienne compte des besoins des personnes handicapées en appliquant pleinement les recommandations du Pacte des Nations unies relatif aux droits des personnes handicapées.
  • Mettre en œuvre une stratégie nationale du logement qui donne la priorité à l'abordabilité, l'accessibilité et la durabilité en créant un fonds d'investissement fédéral pour soutenir le développement de :
    • Logement communautaire
    • Logement coopératif
    • Logement à but non lucratif
    • Unités de location abordables
  • Supprimer la TPS/TVH fédérale sur les nouveaux projets de logements locatifs abordables et appliquer des réductions d'impôts pour maintenir l'offre de logements locatifs abordables et économes en énergie
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour éliminer les restrictions de zonage qui empêchent les développements de logements inclusifs (comme le zonage des maisons individuelles et les minimums de stationnement) et permettre une plus grande possibilité de solutions alternatives de logements.
  • Financer des recherches sur les schémas historiques de discrimination en matière de logement afin d'identifier les pratiques discriminatoires passées et présentes à l'encontre des populations marginalisées.
  • Créer un cadre juridique plus solide pour résoudre les inégalités en matière de logement :
    • Mener des audits sur le logement en se concentrant sur les disparités entre les quartiers, en termes de niveau de vie
    • Créer une norme nationale pour les droits des locataires et des propriétaires, y compris :
      • Normes minimales pour les avis d'expulsion
      • Taux de location standard maximum de 33 % des revenus du locataire
      • Augmentation annuelle maximale en pourcentage du loyer liée à l'inflation locale
      • Une norme nationale pour l'arbitrage entre locataires et propriétaires
      • Une norme nationale pour un logement accessible
      • Permettre à un locataire de partir sans préavis et sans pénalité en cas de violence domestique
    • Créer un fonds nationale des locataires pour couvrir temporairement les frais de location en cas de difficultés financières importantes, y compris la perte d'un emploi
    • Créer un cadre permettant aux propriétaires exploitant des suites illégales de se mettre en conformité, notamment en subventionnant les rénovations pour se mettre au niveau des normes
    • Collaborer avec les organismes d'aide juridique pour simplifier le processus de litige contre les propriétaires
  • Créer un programme de prêts hypothécaires déductibles d'impôt par l'intermédiaire de la SCHL et permettre des paiements mensuels moins élevés pour répondre aux besoins des jeunes et des acheteur-euse-s de maison à faible revenu.
  • Travailler avec des expert-e-s pour élaborer des normes actualisées en matière d'efficacité énergétique et une stratégie de mise en œuvre (axée sur les prêts hypothécaires déductibles d’impôts) pour guider les efforts nationaux de rénovation et de construction de logements durables.
  • Veiller à ce que la rénovation énergétique et la construction de logements durables soient réparties équitablement.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour mettre en œuvre des politiques de zonage inclusives, encouragées par le biais :
    • D’exemptions fiscales;
    • De remboursements;
    • De la fin des pratiques de zonage d'exclusion.
  • Accroître la disponibilité des suppléments au loyer et de l'aide au logement pour les ménages à faibles revenus.
  • Travailler avec les communautés autochtones pour développer des solutions de logement sûres, abordables et adaptées à leur communauté.
  • Canaliser les ressources et les financements pour rendre les logements durables et adaptés aux besoins spécifiques des communautés autochtones.
  • Supprimer les obstacles à l'accès au financement des besoins en matière de logement des communautés et organisations autochtones.
  • Investir dans le soutien aux vétérans et à leurs familles pour résoudre les problèmes de transition de la vie militaire à la vie civile en
    • Mettre en place une période de transition avant la libération officielle afin de s'assurer que les besoins des anciens combattants sont pris en charge par les ministères et les organisations de soutien respectifs avant que les personnes ne perdent la sécurité qui vient avec le fait d'être un membre actif;
    • Adopter une approche de logement d'abord pour garantir que les anciens combattants et leurs familles aient accès à un logement propre, sûr et abordable avant d'être libérés
  • Mettre en œuvre les recommandations du Comité permanent de la sécurité nationale et de la défense concernant l'utilisation du cannabis comme traitement du SSPT.
  • Élaborer une stratégie de prévention du suicide spécifique aux ancien-ne-s combattant-e-s, notamment :
    • La réduction des délais d'attente pour les militaires actifs et les vétérans qui demandent de l'aide;
    • Fournir une éducation, des conseils et une formation en matière de santé mentale;
    • Investir dans la recherche pour mieux comprendre les causes, l'impact et le traitement des traumatismes liés au stress opérationnel et de la santé mentale.
  • Mettre en œuvre les recommandations du Comité permanent des affaires des ancien-ne-s combattant-e-s concernant les services de santé, de transition et autres pour les ancien-e-s combattant-e-s, notamment en fournissant aux membres qui ne satisfont plus aux exigences d'universalité du service une aide à la transition vers la vie civile et en ne les y renvoyant pas de force.
  • Étendre les services aux familles des militaires afin de garantir que tous les membres des services puissent bénéficier d'un soutien pour leurs familles
  • Étendre le programme pour les familles des ancien-ne-s combattant-e-s afin de mettre les services à la disposition de tous-tes les ancien-ne-s combattant-e-s et de leurs familles
  • Augmenter l'allocation pour perte de revenus, afin de fournir 100 % du revenu pré-libération à vie sur la base des revenus de carrière projetés d'un-e membre des Forces canadiennes. Fournir une compensation financière, un soutien, une éducation et une formation pour permettre à un-e membre de la famille de devenir un-e soignant-e principal-e et rétablir la prestation de secours aux aidants familiaux, en offrant un répit aux familles qui s'occupent d'un-e ancien-ne combattant-e handicapé-e.
  • Mettre en œuvre une stratégie nationale de transport qui crée un fonds d'investissement fédéral pour le développement et le maintien d'un service national de trains à grande vitesse, d'autobus interurbains et de transports publics municipaux qui donne la priorité à ces activités :
    • Accessibilité financière;
    • Accessibilité;
    • Efficacité;
    • Durabilité;
    • Électrification.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour faciliter un financement stable et à long terme afin de contribuer au développement et à l'entretien des transports publics, le transport étant financé en tant que service public.
  • Collaborer avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour garantir la gratuité des transports publics au sein des communautés et entre elles.
  • Veiller à ce que le financement fédéral du développement et de l'entretien des transports publics soit réparti équitablement.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour permettre à des solutions de transport nouvelles et innovantes de fonctionner librement, tout en maintenant :
    • Normes de sécurité;
    • Protection du travail;
    • Transparence des consommateurs.
  • Veiller à ce que les infrastructures routières et autoroutières actuelles soient maintenues.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux et provinciaux pour financer l'extension des routes et des autoroutes reliant les communautés éloignées au système de transport national.
  • Créer un réseau national pour la recharge des véhicules électriques.
  • Supprimer progressivement la vente de voitures équipés de moteurs à combustion interne d'ici 2030.
  • Veiller à ce qu'un financement fédéral stable soit consacré au développement d'infrastructures cyclables et piétonnes accessibles et communautaires.
  • Travailler avec des expert-e-s en transport et en sécurité publique pour s'assurer que les systèmes de transport sont développés et entretenus d'une manière globale qui protège la sécurité des opérateur-trice-s et des usager-ère-s du transport en commun.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour améliorer et créer des services communautaires accessibles et des infrastructures vertes.
  • Mettre l’accent sur les communautés éloignées dans le développement et le maintien de services communautaires accessibles et d'infrastructures vertes
  • Préserver et développer les initiatives de jardinage collectif et d'agriculture urbaine.
  • Élaborer des programmes de modernisation de tous les bâtiments publics et des infrastructures essentielles pour assurer l'efficacité énergétique et la durabilité à long terme.
  • Élargir l'accès aux subventions du Conseil des Arts du Canada afin de garantir que les arts, la culture et la musique soient soutenus à l'échelle nationale
  • Soutenir les initiatives artistiques et culturelles des nouveaux-elles arrivant-e-s, des populations noires, autochtones et de couleurs et des communautés 2SLGBTQIA+ pour renforcer les liens au sein des communautés, aider au processus de relocalisation et promouvoir l'engagement avec des histoires et des cultures diverses.
  • Revitaliser Postes Canada par des investissements accrus et réorienter son objectif vers l'augmentation de la couverture et de la rapidité de la distribution du courrier en milieu rural.
    • Soutenir la transformation des centres postaux du Canada en lieux d'accueil pour les hôtels de ville qui se tiennent dans des régions éloignées.
  • Équiper les bâtiments de la poste rurale du Canada d'une infrastructure internet et de télécommunications.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour créer et mettre en œuvre un programme universel de garde d'enfants qui comprend la planification de l'apprentissage précoce et du développement de l'enfant.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour fournir une éducation et des ressources aux :
    • Enfants vivant avec un handicap;
    • Différents groupes ethniques et raciaux;
    • Nouveaux-elles arrivant-e-s;
    • Personnes avec des situations financières différentes.
  • Formation continue obligatoire en matière de lutte contre l'oppression et le racisme pour les travailleur-euse-s du secteur de la petite enfance.
  • Créer une commission nationale de l'enfance pour lutter contre la pauvreté des enfants.
  • Subventionner l'évaluation de l'autisme et des troubles d'apprentissage au niveau de la première et de la neuvième année, et financer des initiatives éducatives et des aides à la vie quotidienne.

Donner des commentaires

Notre nouvelle économie verte 

Les indicateurs économiques, tels que le PIB, reflètent le manque de priorité accordée au bien-être collectif global et au développement durable. Pour cette raison, parmi beaucoup d'autres, notre système économique n'est pas orienté vers l'un ou l'autre de ces objectifs, ce qui permet d'exploiter à la fois nos populations et notre planète. Actuellement, bon nombre de nos industries nuisent à la santé et au bien-être des personnes et à l'environnement dans le monde entier et, à ce titre, nous avons l'obligation d'explorer des moyens nouveaux et innovants pour nous aider à évoluer vers un modèle économique circulaire. Notre vision d'un avenir meilleur exige que notre économie soit juste, durable, démocratisée et localisée.

  • Élaborer une stratégie nationale de réduction des gaz à effet de serre qui vise à nous amener à la carboneutralité et au-delà le plus rapidement possible
  • Mettre fin aux subventions accordées aux combustibles fossiles. Réorienter ces fonds vers des initiatives écologiques vers les petites entreprises et des services de transition pour les travailleur-euse-s.
  • Élaborer des lois antitrust plus strictes afin de promouvoir une concurrence loyale, le respect du droit du travail, du droit environnemental, du droit pénal et du droit fiscal.
  • Mettre en œuvre une taxe carbone neutre sur toutes les émissions de gaz à effet de serre, qui atteindra 210 dollars par tonne d'ici 2030, et compenser toute perte de revenus par des réductions d'impôts pour les personnes à faible revenu et les petites entreprises
  • Augmenter les remboursements d'impôts pour les entreprises qui proposent des garderies sur place, des repas sains et des installations d'exercice physique, et promouvoir les transports actifs
  • Soutenir le développement d'industries durables par des subventions, des bourses, des prêts gouvernementaux et des partenariats de recherche afin d'accroître le bien-être national et la puissance économique internationale
    • Veiller à ce que l'aide publique ne soit accordée qu'aux entreprises qui répondent aux critères de durabilité établis
    • Les industries à soutenir devraient inclure des secteurs historiquement forts et en voie de renforcement, tels que l'aérospatiale et la technologie, en veillant à ce qu'ils deviennent durables
  • Travailler au niveau international avec d'autres gouvernements pour que les compagnies de croisière soient financièrement responsables du nettoyage des déchets humains et autres polluants liés à leurs voyages.
  • Financer la recherche pour explorer la possibilité d'étendre l'interdiction des pétroliers dans les eaux canadiennes
  • Créer un Fonds général de recherche pour soutenir l'innovation scientifique, environnementale, humanitaire et sociale
  • Instaurer des remboursements d'impôts pour les entreprises qui offrent des services de garde d'enfants sur place, des repas sains, des possibilités d'exercice physique et qui encouragent les déplacements actifs.
  • Mettre fin à l'utilisation du PIB comme mesure de la réussite économique et le remplacer par une mesure plus globale, comme l'IPS, qui tient compte de la répartition des richesses, du bonheur individuel et des mesures proactives de protection de l'environnement.
  • Dans la législation sur le droit à la réparation, les fabricants devraient être tenus de :
    • Inclure des informations sur la durée de vie des produits électroniques;
    • Informer les consommateurs quant aux services de réparation;
    • Fournir de manuels d'auto-réparation;
    • Fournir un accès facile aux pièces de rechange lorsque cela est possible.
  • Étendre les programmes de responsabilité des producteurs aux produits, notamment aux produits électroniques, aux piles, aux emballages, aux déchets médicaux, aux déchets pharmaceutiques et aux objets tranchants, afin d'encourager la réduction des déchets tout au long du cycle de vie des produits
  • Mettre en place un système de retour des aiguilles, des médicaments (s'ils ne sont pas périmés) et des masques non utilisés, dans le cadre des programmes de responsabilité élargie des producteurs.
  • Créer un comité chargé d'étudier l'utilisation des « parcs éco-industriels » en Europe afin de déterminer les avantages et la faisabilité de tels projets au Canada.
  • Créer une norme verte en matière de marchés publics, ce qui signifie que seules les entreprises qui répondent à un ensemble de critères verts développés recevront des contrats, des financements, des prêts ou des subventions du gouvernement.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour établir un revenu de subsistance garanti :
    • Regrouper les programmes d'assistance publique et d'assurance sociale existants en un seul programme de revenu
    • L'allocation doit être spécifique à la région
    • Toute personne âgée de 16 ans et plus est éligible
    • Assurez-vous que l'allocation mensuelle sera évaluée chaque année et liée à l'inflation
  • Maintenir et compléter les prestations d'invalidité et de vieillesse grâce au programme de revenu de subsistance garanti
  • Soutenir les programmes alternatifs de revenu de base.
  • Restructurer le code fiscal canadien afin de réduire les impôts des personnes à faible revenu et des petites entreprises, ajouter de nouvelles tranches d'imposition marginales pour les personnes à revenu élevé et imposer les corporations sur les profits nets et les dividendes des entreprises.
  • Suggestion de mise à jour des tranches d'imposition sur le revenu des personnes :
    • 0 % sur les premiers 48 535 dollars
    • 20 % entre 48 535 et 97 069 dollars
    • 25 % entre 97 069 et 150 473 dollars
    • 32 % entre 150 473 et 214 368 dollars
    • 42 % entre 214 368 et 350 000 dollars
    • 48 % entre 350 001 et 500 000 dollars
    • 55 % entre 500 001 et 1 000 0000 dollars
    • 65 % au-dessus de 1 000 000 dollars
  • Augmenter progressivement le taux d'imposition net des entreprises de 15 à 20 % en cinq ans, tout en ramenant le taux d'imposition net après déduction des petites entreprises de 9 à 5 % en cinq ans.
  • La perte de recettes fiscales résultant de la restructuration du code des impôts canadien sera compensée par l'ajout de nouvelles tranches d'imposition pour les hauts revenus et l'imposition des sociétés sur les bénéfices nets et les dividendes des sociétés.
  • Travailler avec l'Agence canadienne du revenu pour supprimer les échappatoires fiscaux, mettre fin à l'utilisation des paradis fiscaux offshore et supprimer les avantages fiscaux qui excluent les personnes à faibles revenus et les petites entreprises.
  • Mettre en place un plafond de 100 millions de dollars pour la richesse, tous les actifs supplémentaires étant imposés à un taux de 100 %.
  • Travailler avec l'Agence du revenu du Canada pour taxer les entreprises technologiques étrangères, telles que Netflix, Amazon, Alphabet (Google) etc.
  • Limiter les taux d'intérêt sur les cartes de crédit à 10 % pour les titulaires de cartes générales et à 7,5 % pour les étudiants, et fournir une éducation sur l'utilisation des cartes de crédit pour se protéger contre le lourd fardeau de la dette
  • Limiter les taux d'intérêt sur les prêts sur salaire à 10 % pour toute personne ayant un revenu de subsistance, et à 5 % pour toute personne ayant un revenu inférieur à un minimum vital.
  • Limiter les frais de transaction par carte de crédit et les frais d'achat connexes à 1 $
  • Limiter les frais d'utilisation d'une banque ou d'un distributeur automatique en dehors du réseau bancaire d'un individu à 1 $ par transaction
  • Limiter les frais d'utilisation d'une banque ou d'un distributeur automatique de billets au sein du réseau bancaire d'un individu à 0 $ par transaction
  • Créer une commission pour mieux protéger les consommateurs contre les prêteurs prédateurs.
  • Veiller à ce que tout projet minier national soit réalisé de manière responsable et avec le plein consentement des communautés locales touchées.
  • Tenir l'industrie responsable de la remise à l'état naturel de la terre, de l'air et de l'eau à la fin de tout projet minier.
  • Renforcer le processus d'évaluation environnementale et l'appliquer aux projets internationaux impliquant des sociétés minières canadiennes.
  • Créer des lignes directrices claires pour que les ressortissant-e-s étranger-ère-s puissent poursuivre les sociétés minières canadiennes pour violations des droits de la personne au niveau international et créer une plus grande responsabilité légale pour les dommages environnementaux internationaux.
  • Collaborer avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour créer et mettre en œuvre une stratégie énergétique nationale axée sur :
    • Le passage aux énergies renouvelables le plus rapidement possible;
    • La forte utilisation des micro-réseaux communautaires connectés;
    • La fixation d’objectifs régionaux en matière d'énergies renouvelables.
  • Veillez à ce qu'une stratégie énergétique nationale établisse des priorités :
    • Diversification énergétique;
    • Réduction des émissions de gaz à effet de serre;
    • Amélioration de l'efficacité énergétique;
    • Le renforcement de la sécurité énergétique en milieu rural;
    • Création d’emplois locaux.
  • Mettre fin à notre dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles étrangers
  • Interdire toutes les pratiques de fracturation.
  • interdire l'exportation de charbon thermique.
  • Accorder des subventions pour l'installation d'infrastructures d'énergie renouvelable, telles que :
    • Panneaux solaires
    • Micro-turbines hydrauliques
    • Les éoliennes
    • Systèmes de marée
    • Systèmes géothermiques
  • Soutenir les projets d'énergie renouvelable créés et dirigés par des autochtones et garantir la connexion au réseau national.
  • Œuvrer pour mettre fin aux pratiques de production alimentaire non durables, notamment :
    • L'agriculture industrielle;
    • Le chalutage de fond;
    • La pêche à l'enclos à filet ouvert.
  • Mettre fin aux subventions fédérales pour la production agricole animale et réorienter les subventions vers les petites exploitations.
  • Subventionner les « acheteur-euse-s d'une première ferme » afin de promouvoir et de cultiver la petite agriculture comme une carrière viable et importante.
  • Accroître le financement de la recherche sur l'agriculture durable, locale et biologique.
  • Réduire au minimum le stress imposé aux animaux en localisant la production alimentaire et en actualisant les pratiques de sécurité relatives à l'abattage sur place et les modifier afin de réduire les incitations à envoyer les animaux à l'abattage dans des installations éloignées.
  • Légiférer afin que les animaux non-humains ne soient pas des biens, mais des organismes vivants qui ont droit à une vie saine et sûre, tout en étant élevés pour la consommation humaine et les loisirs.
  • Soutenir la création du Fonds de capital-risque vert, tel que proposé dans la Vision verte du Parti vert du Canada de 2019.
  • Fournir des programmes éducatifs sur la manière de construire des entreprises durables, socialement et environnementalement responsables et capables de soutenir un revenu viable pour les propriétaires et les employé-e-s.
  • Les fonds de contrepartie fournis annuellement par les petites entreprises seront versés dans un Fonds d'urgence pour les petites entreprises afin de mieux se préparer à de futures pandémies et à d'autres urgences nationales imprévues.
  • Créer des bases de données gouvernementales centralisées où les petites entreprises peuvent déposer tous les documents fédéraux requis pour tous les organismes.
  • Créer une obligation parlementaire de prendre en compte les impacts sur les petites entreprises lors de l'élaboration de nouvelles législations.

Donner des commentaires

L'avenir de la technologie 

La technologie est un élément essentiel de la société moderne et touche tous les aspects de notre vie. Elle nous aide à communiquer les un-e-s avec les autres, à mieux comprendre le monde et à lutter contre certains de nos plus grands défis collectifs. Cependant, la technologie comporte également des risques que nous devons évaluer et atténuer pour que l'utilisation de ces puissants outils puissent contribuer à l'équité et à la justice. Il est essentiel de veiller à ce que tous-tes les Canadien-ne-s aient un accès égal aux outils technologiques et aux avantages qu'ils apportent, et soient également protégé-e-s de leurs inconvénients. Nous devons évaluer l'évolution de nos besoins et veiller à ce que les technologies existantes et émergentes soient utilisées pour nous aider à relever les nombreux défis auxquels nous sommes confronté-e-s, tout en protégeant les libertés civiles et les droits de la personne.

  • Réformer la loi sur la protection de la vie privée dans le secteur privé pour y inclure :
    • Les exigences relatives au consentement explicite et éclairé pour la collecte et l'utilisation des informations personnelles,
    • Le droit pour les individus de consulter les informations que les entreprises détiennent à leur sujet;
    • Le droit de faire supprimer ces informations sur demande.
  • Exiger des partis politiques qu'ils suivent les dix principes de la loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques et qu'ils adhèrent aux mêmes normes de protection de la vie privée que les entreprises
  • Permettre aux Canadien-ne-s d'intenter des actions en justice contre les entreprises qui violent la loi sur la protection de la vie privée, sans exiger de preuve de préjudice.
  • Conférer au commissaire à la protection de la vie privée des pouvoirs d'enquête et de décision élargis, ainsi que la capacité d'imposer des amendes aux entreprises qui enfreignent la loi.
  • Renforcer les lois sur l'accès à l'information en :
    • Exigeant un accès plus rapide et plus complet aux documents gouvernementaux;
    • Mettant fin aux frais d'accès à l'information;
  • Fournissant aux agences les ressources nécessaires pour répondre à ces exigences.
  • Mettre à jour les lois afin d'y inclure les nouvelles technologies qui permettent une surveillance gouvernementale non-régulée en :
    • Revoyant et en imposant des restrictions quant à la collecte de métadonnées en masse par le Centre de sécurité des communications afin d'empêcher l'acquisition d'informations sur les Canadien-ne-s
    • Revoir et restreindre le partage d'informations avec les partenaires du Groupe des cinq (“Five Eyes”).
    • Exigeant que les tribunaux surveillent l'utilisation des technologies de collecte de données en masse, telles que les lecteurs de plaques d'immatriculation et les simulateurs de sites cellulaires; exiger que la collecte soit ciblée sur des personnes ou des groupes de personnes spécifiques et exiger que toutes les informations supplémentaires soient détruites.
    • Exigeant l'approbation d'un tribunal lors de l'acquisition d’informations par la police ou les services de renseignement sur les Canadien-ne-s auprès de sources du secteur privé, y compris les achats de données ou les demandes de données.
    • Exigeant une surveillance judiciaire pour les fouilles de dispositifs électroniques, tels que les téléphones intelligents et les ordinateurs portables par la police, les services de renseignement ou l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et interdire les demandes de mots de passe de dispositifs par ces agences.
  • Reconnaître les effets de l'automatisation sur la main-d'œuvre canadienne et donner la priorité à la mise en place d'un revenu de subsistance garanti comme solution nécessaire pendant la transition vers une main-d'œuvre plus automatisée.
  • Exiger la publication gratuite et ouverte de tous les algorithmes utilisés par les agences gouvernementales, et examiner régulièrement les biais dans les données et les résultats pour la prise de décision basée sur l'IA (par exemple, la police prédictive et la reconnaissance faciale) dans les domaines :
    • L’admissibilité à la libération conditionnelle
    • L’admissibilité à l'immigration
    • La condamnation
    • La police fédérale
    • La sécurité des frontières
  • Créer un commissaire fédéral à l'IA chargé d'examiner l'utilisation de l'IA par le secteur privé, en particulier dans les domaines qui risquent de faire l'objet d'un parti pris systémique.
  • Mettre en place une agence de régulation visant à garantir l'utilisation éthique et la certification de la technologie, telles que :
    • Systèmes d'intelligence artificielle
    • Véhicules autonomes
    • Biotechnologie
    • Nanotechnologie
  • Examiner toutes les infrastructures numériques gouvernementales pour s'assurer que les normes actuelles sont respectées et que les mises à niveau et les correctifs de sécurité nécessaires soient effectués en temps utile.
  • Garantir le droit des Canadien-ne-s à développer, distribuer, accéder et utiliser des outils reposant sur un cryptage solide de bout en bout, notamment les sites web, la messagerie instantanée et la vidéoconférence, sans exiger d'accès détourné aux services de police et de renseignement.
  • Examiner la sécurité des élections et introduire toute réforme nécessaire pour assurer la sécurité et l'intégrité du système électoral canadien.
  • Examiner la pertinence des cyberattaques actives de la GRC, du SCRS et du CST, et exiger une surveillance judiciaire des utilisations des cyberattaques actives
  • Fixer des objectifs pour le haut débit câblé et sans fil dans les zones rurales et isolées, de sorte que les communautés rurales et isolées soient correctement desservies et ne voient pas leur service abandonné.
  • Donner au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) le pouvoir de revoir les prix de l'accès à l'internet avec et sans fil, dans le but d'aligner les prix canadiens sur ceux du reste du monde.
  • Veiller à ce que les fournisseurs canadiens de services internet soient soumis à des exigences strictes en matière de neutralité du Net, y compris des exigences régissant l'achat en gros de bandes passantes par des fournisseurs concurrents pour la revente aux consommateur-trice-s.
  • Veiller à ce que la réglementation sur le droit d'auteur protège l'utilisation, la création et la distribution d'outils permettant de briser les mesures de protection technologiques à des fins d'utilisation expressive comme la parodie et la critique, l'accessibilité et la recherche en matière de sécurité.
  • Garantir le droit de réparer et de modifier les appareils périphériques.
  • Adopter une politique de « liste d'événements à diffuser » pour protéger les droits de diffusion de la CBC sur les événements culturels importants (y compris les événements sportifs d'importance nationale).
  • Renforcer la politique du gouvernement en matière de données ouvertes en faisant évoluer les solutions logicielles du gouvernement vers des solutions à source ouverte ou des logiciels libres chaque fois que cela est possible.
  • Veiller à ce que toute technologie développée à l'aide de fonds publics soit diffusée sous une licence de type « copyleft »
  • Reconnaître l'accès à Internet comme un droit qui correspond au droit à la liberté d’expression inscrite dans la Charte canadienne des droits et libertés.
  • Fixer des objectifs pour parvenir à un accès universel à l'internet d'ici 2025.
  • Élaborer une stratégie nationale en matière de haute vitesse en consultation avec les petits fournisseurs de services internet (FSI) et les réseaux communautaires dans les communautés rurales et éloignées afin de réduire la pression de la concurrence et l'absence d'une approche nationale globale spécifique aux petits FSI :
    • Un choix accru de fournisseurs d'accès Internet pour les habitant-e-s des zones rurales et isolées
    • Une plus grande concurrence (pour faire baisser les prix et améliorer le service)
    • Donner la priorité à la protection de la vie privée et à la sécurité des données
    • Assurer la première place dans l'indice de l'internet inclusif, qui mesure la mesure dans laquelle l'internet est non seulement accessible et abordable, mais permet également d'obtenir des résultats sociaux et économiques positifs au niveau individuel et collectif
  • Consacrer des fonds publics à l'amélioration de la connectivité par l'installation d'un plus grand nombre de tours à haute vitesse dans les zones rurales et reculées, en particulier dans les communautés autochtones.
  • Assurer une bonne connectivité pour les étudiant-e-s des différents niveaux vivant dans les régions rurales et éloignées en leur donnant accès à un dispositif approprié et à suffisamment de données à une vitesse efficace.
  • Développer une stratégie pour fournir un soutien et une infrastructure, y compris un accès gratuit et des exemptions de frais de retard pour étendre et maintenir la connectivité
  • Réduire les taxes et les redevances sur les services des fournisseurs d'accès Internet dans les zones rurales et éloignées et exempter les communautés à faible revenu de ces taxes et redevances afin de réduire l'impact des régimes fiscaux régressifs dans le secteur des télécommunications.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour développer et mettre en œuvre des programmes d'éducation à la culture numérique pour les écoles primaires et secondaires.
  • Élargir le mandat du CRTC pour y inclure l'octroi de licences et la réglementation des plateformes de médias sociaux en ce qui concerne le traitement des problèmes persistants de désinformation et de désinformation.
  • Mettre à jour les lois sur la diffamation pour y intégrer les « fausses nouvelles » et les « médias manipulés ».
  • Revoir les règles relatives aux campagnes numériques et aux médias sociaux en vue de limiter les dépenses.
  • Mettre à jour la législation concernant la cyberintimidation et le harcèlement, tout en préservant la liberté d'expression.
  • Augmenter progressivement le financement de la CBC (en fonction des taux d'inflation) et évoluer vers un système de radiodiffusion publique totalement exempt de publicité.
  • Créer un cadre pour équilibrer les avantages des ordonnances de blocage de site par rapport à leur potentiel de nuire à la liberté d'expression et à d'autres droits garantis par la Charte.

Donner des commentaires

Éducation et travail du 21e siècle

Chaque personne est essentielle au progrès et à la prospérité de notre pays, mais bon nombre de nos industries ajoutent à la crise environnementale et écologique actuelle, nuisent à la santé de tous-tes et portent atteinte aux droits des peuples autochtones. En réponse, nous nous engageons à étudier diverses orientations économiques afin de déterminer où nos efforts seraient les plus avantageux pour le pays dans son ensemble. Nous nous engageons à soutenir l’ensemble de la population directement tout au long de la transition inévitable vers de nouvelles industries, en garantissant l'accès à l'éducation et en inscrivant les droits du travail dans la loi.

  • Faire pression pour une collaboration nationale afin d’adopter un plan visant à offrir la gratuité des frais de scolarité pour les diplômes de premier et de deuxième cycles, les diplômes universitaires et les certificats de compétence.
  • Développer une stratégie intergouvernementale pour éliminer la dette étudiante existante.
  • Augmenter le financement public des emplois d'étudiants et interdire les stages non-rémunérés.
  • Garantir des logements abordable sur les campus.Garantir l'autonomie des organisations étudiantes par rapport à l'ingérence du gouvernement et créer davantage de possibilités pour les organisations étudiantes de faire pression sur les responsables gouvernementaux.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour fournir aux travailleur-euse-s :
    • Une semaine de travail de 32 heures sans diminution des revenus;
    • Des congés payés d'un minimum de 3 semaines par an;
    • Un congé parental de dix-huit mois à 80 % du salaire;
    • Une protection pour les travailleur-euse-s ayant des enfants malades contre le licenciement pour cause d'absence;
    • Des protections pour les travailleur-euse-s afin qu'ils-elles puissent prendre des congés de menstruation et de ménopause, sans être licenciés pour cause d'absence.
  • Garantir le droit à la négociation collective pour l’ensemble des travailleur-euse-s des secteurs public et privé dans la Charte des droits et libertés.
  • Mettre en place un organisme indépendant chargé d'enquêter sur les plaintes pour abus, harcèlement et discrimination sur le lieu de travail.
  • Actualiser les prestations d'assurance-emploi pour répondre aux besoins changeants du 21e siècle, comme alternative à la mise en place d'un revenu de subsistance garanti.
  • Travailler avec Statistique Canada pour créer une base de données fédérale permettant de suivre les secteurs d'emploi afin de fournir aux étudiant-e-s et aux travailleur-euse-s davantage d'informations sur les emplois disponibles.
  • Créer une base de données conçue pour mettre en relation les travailleur-euse-s en transition avec des offres d'emplois pertinentes, sur la base d'un dossier de compétences et d'expériences soumis par les intéressé-e-s.
  • Subventionner les frais de subsistance, de recyclage et de relogement des travailleur-euse-s en transition et de leur famille, en plus de leur assurer un revenu vital garanti.
  • Assurer une disponibilité suffisante de nouveaux emplois avant d'éliminer les industries existantes.
  • Travailler avec les syndicats et les organisations syndicales pour rendre la transition vers une économie verte aussi juste et efficace que possible.

Donner des commentaires

Favoriser une société résiliente

Les changements climatiques, en plus de d'autres défis imminents, mettront à l'épreuve notre résilience tout au long du 21e siècle et au-delà. En commençant dès maintenant une planification proactive et dirigée par les communautés, nous pouvons faire en sorte que les communautés disposent des moyens nécessaires pour s'adapter, se rétablir et prospérer. C'est en nous préparant que nous pourrons favoriser l'émergence d'une société résiliente pour tous-tes.

  • Établir des offices régionaux de l'alimentation dans tout le Canada pour aider à soutenir la production, la distribution et la consommation locales.

Cliquez ici pour ouvrir

  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour maintenir et créer des :
    • Jardins communautaires et des jardins sur les toits et dans les cours;
    • Chartes alimentaires locales;
    • Coopératives alimentaires;
    • Marchés de producteur-trice-s.
  • Soutenir les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux dans la création d'une stratégie nationale sur l'alimentation en milieu scolaire afin de garantir que tous les enfants aient un accès quotidien et gratuit à des repas sains, nutritifs et locaux.
  • Mettre en place un programme d'aide financière pour les agriculteur-trice-s qui adoptent des pratiques d'agriculture biologique et subventionner le processus de certification biologique.

Cliquez ici pour ouvrir

  • Limiter les importations de produits alimentaires qui ne répondent pas aux normes internationales du commerce équitable (qu'ils soient certifiés ou non).
  • Fixer des objectifs de réduction de la production et de la consommation de viande afin de limiter les émissions de gaz à effet de serre, tout en respectant les pratiques culturelles autochtones.
  • Élargir le Guide alimentaire canadien en créant et en promouvant un Guide canadien des modes de vie sains complet qui cherche à promouvoir un régime alimentaire plus végétal et une nutrition en tant qu'élément clé de la santé.

Cliquez ici pour ouvrir

  • Créer une Banque nationale de semences au Canada.
  • Légiférer sur le droit des agriculteur-trice-s à conserver leurs semences (et les codes génétiques associés) et promouvoir le partage des semences entre les petit-e-s agriculteur-trice-s, les agriculteur-trice-s locaux et les agriculteur-trice-s biologiques.
  • Aider les agriculteur-trice-s à se connecter aux initiatives des centres alimentaires locaux afin d'accroître l'accès aux aliments produits localement et vendus dans tout le pays.
  • Veiller à ce que la souveraineté alimentaire des autochtones soit améliorée en collaborant avec les communautés autochtones pour accroître l'accès à des aliments sains et traditionnels.
  • Élaborer une stratégie nationale de sécurité de l'eau qui donne la priorité à l'accès à l'eau potable et à la surveillance des sources d'eau en adoptant des solutions innovantes en matière de sécurité de l'eau.
  • Soutenir les plans de gestion des bassins versants régionaux et intergouvernementaux, y compris la recherche sur les effets cumulatifs.
  • Soutenir les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux par le financement et l'aide au développement d'une gestion appropriée des déchets.
  • Créer des plans d'atténuation, d'adaptation, d'intervention d'urgence et de rétablissement accessibles, stables et continus pour les communautés, en particulier les communautés à risque, qui subiront les pires effets des changements climatiques.
  • Développer une stratégie nationale pour l'érosion, la fonte du permafrost et l'élévation du niveau de la mer
  • S'assurer que les fonds sont alloués pour répondre aux besoins décrits dans les plans d'adaptation, d'atténuation, d'intervention d'urgence et de rétablissement.
  • Réagir aux déficits d'infrastructure existants et préparer une planification financière et infrastructurelle à long terme qui favorise l'accessibilité et soit adaptable aux changements futurs.
  • Financer et former les intervenant-e-s de première ligne, y compris les groupes professionnels bénévoles de recherche et de sauvetage.
  • Mettre en œuvre une stratégie nationale de réaction rapide orientée vers l'activation des groupes de recherche et de sauvetage afin de mieux répondre aux catastrophes naturelles et autres situations d'urgence.
  • Travailler avec le Ministère de la défense nationale pour créer une force nationale de déploiement rapide orientée vers la réponse aux urgences nationales et internationales.
  • Veiller à ce que notre armée et ses équipements reflètent cette transition.
  • Veiller à ce que la réponse militaire nationale et internationale soit équilibrée par des protocoles stricts qui respectent la préservation des droits de la personne.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour mettre en œuvre une stratégie nationale de lutte contre les maladies afin de relever plus efficacement les défis liés aux maladies et aux pandémies qui se posent à l'avenir pour les humains et les autres organismes vivants.
  • Investir dans la recherche sur les maladies liées au climat, en mettant l'accent sur l'émergence de la maladie de lyme transmise par les tiques au Canada.
  • Continuer à travailler avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour faciliter la coopération en vue de relever les défis mondiaux en matière de santé publique.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones et municipaux pour développer des plans communautaires visant à favoriser une plus grande résilience au climat grâce à des infrastructures urbaines durables telles que :
    • Des matériaux réfléchissants;
    • Des systèmes solaires passifs;
    • Une architecture bioclimatique;
    • Des chaussées à albédo élevé;
    • Des installations d'eau.
  • Reconnaître l'importance des écosystèmes urbains dans l'atténuation du climat et l'adaptation à celui-ci en investissant davantage dans la préservation et la création d'écosystèmes urbains solides tels que des :
    • Les forêts urbaines;
    • Les milieux humides urbaines;
    • Les prairies urbaines;
    • Les toits cultivés.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones et municipaux pour permettre les pratiques agricoles urbaines comme moyen d'améliorer la sécurité alimentaire en éliminant les déserts alimentaires existants et en renforçant les écosystèmes urbains.
  • Travailler avec Environnement Canada et Pêches et Océans Canada pour développer une stratégie de gestion intégrée des zones côtières afin de faire face aux impacts des changements climatiques sur l'érosion côtière due à l'élévation du niveau de la mer et à l'augmentation des fréquences de tempête.
  • Veiller à ce que les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux participent activement au développement régional de toute stratégie de gestion des zones côtières.
  • Veiller à ce que les communautés côtières reçoivent le financement nécessaire pour mettre en œuvre efficacement leurs stratégies d'aménagement intégré des zones côtières.
  • Reconnaître les lacunes existantes en matière de préparation aux inondations et collaborer avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour élaborer des stratégies d'atténuation des inondations afin de faire face aux risques accrus d'inondation en raison des changements climatiques.
  • Veiller à ce que le financement adéquat existe pour répondre aux exigences nécessaires à la mise en œuvre des stratégies d'atténuation des inondations.
  • Protéger et restaurer les écosystèmes riverains le long des masses d'eau afin de lutter contre les inondations.
  • Accroître le financement de la recherche arctique axée sur la reconnaissance des vulnérabilités liées au climat afin d'élaborer une stratégie d'adaptation au climat proactive et dirigée par les communautés.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour mettre en œuvre une stratégie d'adaptation au climat proactive et dirigée par les communautés pour répondre aux vulnérabilités de l'Arctique.
  • Financer la formation et l'équipement afin que les Rangers canadien-ne-s puissent répondre aux besoins d'aide d'urgence dans toute la région arctique.
  • Donner la priorité à l'emploi aux populations autochtones locales et aux résident-e-s dans la région.
  • Mettre en place des processus de consultation significatifs avec les communautés de l'Arctique sur l'agriculture arctique afin d'élaborer des mesures culturellement appropriées et écologiquement saines pour accroître la sécurité alimentaire et préserver la souveraineté alimentaire dans la région arctique.
  • Protéger le droit de récolter et de chasser en utilisant des méthodes de subsistance traditionnelles.
  • Investir dans la recherche et l'application de technologies alimentaires durables dans l’ensemble du Nord canadien.
  • Réévaluer le programme Nutrition Nord en collaboration avec les communautés du Nord.

Donner des commentaires

Régénération des écosystèmes

Urbanisation, perte de biodiversité, changements climatiques : l'impact humain a indéniablement causé des ravages sur la planète. La régénération des écosystèmes consiste à rétablir les qualités qui ont été perdues, à remettre une zone de terre dans son état naturel et éventuellement à réintroduire des espèces qui avaient été chassées ou exterminées. La régénération des écosystèmes met l'accent sur la régénération des zones naturelles qui permettent aux habitats et aux habitants naturels de se rétablir et de s'adapter aux changements de l'écosystème dus au changement climatique, à d'autres pressions naturelles et à l'humain.

  • Accorder l'autorité finale au Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) pour déterminer et inscrire les espèces sauvages en péril, menacées et en voie de disparition.
  • Faire du COSEPAC un acteur principal dans toutes les décisions relatives à la protection, la conservation et la régénération de la faune sauvage.
  • Réintroduire les espèces clés dans leurs écosystèmes respectifs et augmenter le financement de la recherche pour surveiller et rendre compte des efforts de réintroduction.
  • Collaborer avec les gouvernements autochtones, municipaux, provinciaux et territoriaux pour introduire des surfaces plus perméables et des infrastructures de rétention d'eau afin de réduire les précipitations extrêmes dans les zones humides.
  • Aider à la relocalisation des communautés construites dans les zones humides naturelles et leurs environs.
  • Travailler avec les agriculteur-trice-s pour construire des bermes sur les terres agricoles bordant les zones riveraines et les zones humides afin de réduire le ruissellement et d'augmenter le rendement des cultures.
  • Élaborer une stratégie nationale de conservation des océans afin d'étendre de 20 % les zones marines protégées dans les eaux territoriales du Canada au cours de la prochaine décennie.
  • Augmenter le financement de la préparation aux incendies de forêt et utiliser des pratiques fondées sur les connaissances autochtones.
  • Accroître le financement de la gestion, de l'atténuation et de la prévention des espèces envahissantes.
  • Interdire l'exploitation des forêts anciennes
  • Mettre en œuvre les recommandations des scientifiques et des expert-e-s politiques de différents domaines pour une action efficace de préservation des :
    • Les habitats gravement menacés;
    • Les espèces clés;
    • Les espèces menacées;
    • Les espèces ayant une valeur commerciale ou culturelle;
    • Les habitats spécifiquement menacés par les changements climatiques;
    • Des étendues interconnectées pour assurer l’habitat d’une grande variété d’espèces migratoires.
      • *Le terme « espèces » comprend diverses plantes, herbes, arbres, micro-organismes, mammifères, insectes, reptiles, oiseaux, etc.*
  • Reconnaître et étudier l'importance de la biodiversité et de la santé des écosystèmes comme étant nécessaires à la santé et à la survie de l'humain.
  • Travailler avec les gouvernements autochtones, provinciaux, territoriaux et municipaux sur la gestion des forêts
  • Créer un « Bureau de défense de l'environnement » indépendant ayant pour mandat de veiller à ce que les droits, les libertés et les intérêts de l'environnement naturel, des générations futures et des espèces non humaines soient pris en compte dans tous les processus décisionnels législatifs.
  • Travailler en partenariat avec les nations autochtones pour rédiger et légiférer une « loi sur les droits et libertés de la nature », dont les points de départ seront les suivants :
    • Le droit de toutes les espèces à exister et à prospérer;
    • Le droit à la biodiversité et à la biodiversification;
    • L'absence de contamination et d'épuisement des ressources;
    • Le droit à la restauration des espaces naturels affectés par l'activité humaine.
  • Légiférer sur les droits et libertés des animaux non-humains pour y inclure :
    • L'absence de destruction de l'habitat;
    • Le droit à la vie, y compris l'interdiction des pratiques de chasse et de piégeage inutiles ou de non-subsistance (avec des exemptions pour les communautés autochtones);
    • La souveraineté et droit à l'autodétermination dans les zones protégées.
  • Fournir des subventions aux gouvernements locaux et municipaux pour aider à établir, améliorer et revitaliser les espaces naturels et les écosystèmes dans les espaces urbains et résidentiels.
  • Construire des éco-corridors à travers les zones urbaines et résidentielles pour permettre aux espèces animales non-humaines de voyager sans interagir avec les humains et les infrastructures urbaines.
  • Modifier le Code criminel afin de garantir que les personnes soient tenues responsables des actes d'écocide commis sur cette terre.

Cliquez ici pour ouvrir

Donner des commentaires

Collaboration internationale pacifique

Cette campagne s'engage en faveur d'une collaboration internationale pacifique et juste qui élève la coopération mondiale. Grâce à une participation responsable continue avec les organisations internationales, au soutien des interventions d'urgence multilatérales en cas de crise planétaire, à la progression de la réputation du Canada en tant que société ouverte et au mouvement vers une plus grande neutralité entre les puissances mondiales pour jouer le rôle de « l'intermédiaire honnête », nous pouvons devenir un chef de file dans la coopération mondiale. Nous reconnaissons que la coopération mondiale est une nécessité absolue pour relever les nombreux défis du 21e siècle et que le Canada a un rôle à jouer pour favoriser cette coopération.

  • Procéder à un examen de la politique étrangère canadienne et définir les priorités de l'engagement du Canada, comme :
    • Construire la paix;
    • Protéger les droits de la personne;
    • Faire progresser les sociétés libres et démocratiques;
    • Encourager la coopération mondiale en matière d'environnement.
  • Réorienter les dépenses militaires vers la défense nationale, les interventions d'urgence nationales, le maintien de la paix des Nations Unies et l'aide d'urgence internationale.
  • Réaffirmer l'engagement du Canada à respecter le droit international en s'y conformant et en s'efforçant d'améliorer l'adhésion au niveau mondial en recourant à des mesures diplomatiques raisonnables.
  • Soutenir le droit de chacun à l'autodétermination nationale, y compris, mais sans s'y limiter, celui de Taïwan, de la Palestine et du Kurdistan.
  • Veiller à ce que le Canada s'engage à lutter contre l'impérialisme, y compris les changements de régime imposés par des pays étrangers.
  • Rétablir l'Agence canadienne de développement international et augmenter le financement du développement international pour atteindre l'objectif de Lester B. Pearson de 0,7 % du PIB.
  • Axer l'ensemble du financement du développement international sur la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies.
  • Veiller à ce que le financement du développement international soit orienté vers les régions les plus exposées aux conséquences des changements climatiques et de la dégradation de l'environnement.
  • Veiller à ce que les accords commerciaux actuels et futurs soient négociés en conséquence :
    • Une ouverture sur le marché mondial;
    • Des normes équitables en matière de droits de la personne;
    • Des normes environnementales élevées.
  • Mettre en œuvre des ajustements fiscaux à la frontière sur les importations en provenance de pays n'ayant pas de modèle de tarification du carbone.
  • S'opposer à l'utilisation de restrictions commerciales à titre de représailles, sauf en dernier recours, en privilégiant la médiation des différends commerciaux.
  • Renégocier les accords commerciaux pour faire valoir le droit du Canada de raffiner ses matières premières avant de les exporter.
  • Renégocier les accords commerciaux existants et s'opposer à de nouveaux accords commerciaux qui prévoient le règlement des différends entre investisseurs et États et permettent aux entreprises d'intenter des poursuites pour des pertes de profits futures.
  • Travailler avec d'autres pays pour faire face aux impacts récemment décrits par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).
  • Respecter nos engagements envers la Convention sur la diversité biologique et collaborer avec d'autres pays pour assurer le succès mondial de la réalisation de ces objectifs.
  • Travailler avec d'autres pays pour créer un droit pénal international de l'écocide, qui est « la destruction extensive des écosystèmes » par l'humain.
  • Réorienter davantage de dépenses de défense vers le soutien au maintien de la paix des Nations Unies.
  • Jouer un rôle de premier plan dans la mise en place et le maintien d'une force de réaction rapide permanente des Nations Unies, avec un mandat pour :
    • Le maintien de la paix dans le monde;
    • La prévention et l’intervention en cas de génocide;
    • La restauration de l'environnement;
    • La réponse aux catastrophes naturelles.
  • Soutenir la démocratisation du Conseil de sécurité et de l'Assemblée générale des Nations Unies en préconisant une restructuration de chaque appareil de l'ONU afin d'élargir équitablement la représentation mondiale.
  • Travailler avec les Nations unies à une solution pacifique du conflit israélo-palestinien qui préserve les droits de la personne et l'autodétermination nationale
    • S'opposer fermement à tout nouvel empiètement de l'État d'Israël sur les terres palestiniennes par la construction de colonies, l'annexion ou toute autre méthode.
    • Soutien à l'application sélective de sanctions sur les fonctionnaires et les produits du gouvernement israélien.
  • Collaborer avec les États membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) pour amener l'OTAN et la Russie à une rapide désescalade des tensions.
  • Veiller à ce que le Canada joue un rôle de premier plan dans la création de possibilités d'inclure la Russie dans les institutions internationales.
  • Plaider pour que les États membres de l'OTAN et leurs forces militaires préparent des plans de préparation au climat pour répondre aux urgences liées à la crise climatique et à l'intensification des conflits.
  • Veiller à ce que des liens diplomatiques complets soient maintenus avec la Chine afin de faire progresser la paix, les droits de la personne et la gestion de l'environnement.
  • Renforcer la pression diplomatique sur les hauts fonctionnaires chinois concernant les violations des droits de la personne et peser l'application éventuelle de sanctions sur les hauts fonctionnaires chinois.
  • Renforcer les mesures de protection du gouvernement canadien à l'égard des groupes pro-démocratiques chinois et des autres organisations de la société civile.
  • Étendre l'aide fédérale à la réinstallation des réfugié-e-s en provenance de Hong Kong, du Turkestan oriental, du Tibet et du reste de la Chine.
  • Plaidoyer pour une désescalade des tensions entre la Chine et les États membres de l'OTAN.
  • Axer les relations commerciales avec la Chine sur la réduction des violations des droits de la personne et le renforcement des normes environnementales.
  • Permettre à Huawei d'opérer au Canada à condition qu'il y ait une réglementation stricte visant à protéger la vie privée des Canadien-ne-s et à donner la priorité aux entreprises canadiennes lors de l'octroi de contacts pour le développement d'infrastructures de télécommunications.
  • Reconnaître l'héritage colonial des frontières canadiennes et réduire de manière drastique les contrôles aux frontières canadiennes afin que chacun soit libre de travailler, d'apprendre et de vivre ici s'il-elle le souhaite.
  • Décriminaliser la migration sans papiers.
  • Veiller à ce que les réfugié-e-s environnementaux soient reconnu-e-s dans les catégories de réfugié-e-s canadien-ne-s afin de permettre leur réinstallation.
  • Accélérer l'octroi du statut de réfugié à toute personne ayant subi une violation des droits de la personne aux mains d'une société canadienne.
  • Supprimer le plafond actuel sur les demandeur-euse-s d'asile parrainé-e-s par le secteur privé et consacrer davantage de ressources à l'aide au traitement accéléré des réfugié-e-s parrainé-e-s par le secteur privé.
  • Supprimer tous les frais liés à l'acquisition de la citoyenneté.
  • Proposer des modifications au serment de citoyenneté afin de supprimer l'allégeance à la couronne britannique, tout en mettant l'accent sur la reconnaissance des droits des autochtones issus de traités et de la Charte des droits et libertés.
  • Réécrire la loi sur la citoyenneté canadienne pour consacrer le droit à la citoyenneté et veiller à ce que la citoyenneté de tous-tes les « Canadien-ne-s perdu-e-s » soit rétablie.
  • Approuver le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires.
  • Plaider en faveur du désarmement nucléaire mondial en appelant à la reprise des efforts multilatéraux de contrôle des armements entre les puissances concernées afin de réduire leurs arsenaux nucléaires actuels, pour aboutir à terme à un désarmement nucléaire mondial.
  • Collaborer avec d'autres États pour réformer le Traité sur l'espace extra-atmosphérique afin d'élargir la taille et la portée des restrictions sur la militarisation de l'espace.
  • Prendre l'initiative de créer un traité multilatéral de contrôle des armements visant à limiter la militarisation de l'intelligence artificielle (IA) et garantir l'utilisation pacifique des technologies d’IA.
  • Travailler avec les États-Unis, la Chine, la Russie et d'autres États pour élaborer un traité international visant à éliminer l'utilisation de la cyberguerre par les acteurs étatiques.
  • Réaffirmer l'engagement du Canada en faveur du Traité sur le commerce des armes. Annuler tous les accords de vente d’armes et d’équipements militaires avec l'Arabie saoudite et les autres États ayant des antécédents de violations des droits de la personne.
  • Collaborer avec les États de l'Arctique pour un développement régional pacifique et écologique.
  • Investir davantage de fonds dans le Conseil de l'Arctique pour soutenir :
    • La coopération intergouvernementale dans l'Arctique;
    • Les communautés autochtones de l'Arctique;
    • Les recherches environnementales;
    • Le développement durable;
    • L’adaptation et l’atténuation des effets des changements climatiques sur les communautés de l'Arctique.

Donner des commentaires

Cliquez ici pour voir la platforme en PDF.

Cliquez ici pour voir la plateforme préliminaire originale et la philosophie politique qui ont été remplacées par cette page.